Il ne parvient pas à récupérer son logement qui croule sous les déchets

Il y a 2 semaines 40

Pour Pierre, ce retraité de 82 ans, dont la Dépêche du Midi retrace les malheurs, c’est la double peine. Non seulement son appartement locatif a été occupé des mois durant par une locataire mauvaise payeuse mais désormais il ne parvient pas à récupérer son bien, qui a été laissé dans un bien triste état. Comme en attestent les photos du quotidien, l’occupante du logement situé à Tournefeuille (Haute-Garonne) était visiblement atteinte du syndrome de Diogène qui pousse certaines personnes à accumuler de façon pathologique des détritus chez eux.

» LIRE AUSSI - Squattée pendant deux ans, cette maison risque de s’effondrer

Comme l’explique le propriétaire, le problème c’est qu’il n’a pas réussi à mettre fin au bail et à réaliser l’état des lieux de sortie pour remettre son logement en location. L’octogénaire est allé de déboires en déboires avec le couple de locataire auquel il a loué son bien en mars 2020. Il n’a pas fallu attendre plus d’un mois pour qu’il cesse de régler leur mensualité avant de se séparer. Il accepte malgré tout de signer un nouveau bail, un an plus tard, au seul nom de la jeune femme du couple.

L’appartement serait squatté

Et rebelote, les paiements cessent très vite. Et les choses se compliquent encore puisque la jeune femme ne donne plus le moindre signe de vie. Le propriétaire en vient à faire appel aux pompiers pour s’assurer qu’elle n’est pas décédée. «Les secours sont entrés dans le logement et ce qu’ils ont découvert est épouvantable», confie Pierre à La Dépêche du Midi. Les lieux sont jonchés de tonnes de déchets transformant les lieux en une gigantesque poubelle agrémentée d’une cabine de culture de cannabis.

Les parents de la locataire qui s’étaient portés caution ont payé les loyers de retard jusqu’à fin mars mais refusent d’aller au-delà. Après plusieurs tentatives infructueuses, le vieil homme peine à activer les bons leviers juridiques pour faire constater que son appartement a été abandonné. Et surtout, il s’inquiète de la remise en état des lieux, de ce qui était selon ses dires un logement neuf il y a peu. «Des témoins me signalent des entrées et sorties, explique-t-il encore au quotidien local. L’appartement serait squatté. Qui va payer pour les dégâts et les mois de loyer non réglés? Ni les médiateurs, ni la police municipale ne m’ont apporté de solution.»

Lire la Suite de l'Article