Faut-il limiter le droit d’acheter des résidences secondaires en Bretagne ?

Il y a 1 semaine 41

C’est une proposition radicale, qui a engendré quantité de débats en Bretagne en pleine campagne régionale. Face à la récente explosion des ventes immobilières dans la péninsule et à l’envolée des prix qu’elle a générée, un militant de l’Union démocratique bretonne, un parti autonomiste, Nil Caouissin, s’est fendu d’un manifeste plaidant pour la création d’un statut de résident en Bretagne. Ce professeur d’histoire-géographie, inspiré par les indépendantistes corses, souhaite n’autoriser l’achat d’un bien immobilier dans certaines zones « en tension » qu’aux personnes résidant depuis au moins un an dans la région. Il faut dire que le taux de résidences secondaires s’envole dans certaines communes littorales : elles représentent ainsi entre 40 et 50 % des habitations à Perros-Guirec (Côtes-d’Armor), et plus de 75 % à Damgan ou Arzon (Morbihan). Ce qui contraint les « locaux » à s’exiler toujours plus loin des communes touristiques où ils travaillent.

L’Ouest, nouvel eldorado des acquéreurs de résidences secondaires

La proposition de Nil Caouissin est reprise par la tête de liste écologiste et fédéraliste aux régionales, Claire Desmares- Poirrier, mais elle est boudée par les autres candidats pour des raisons économiques ou philosophiques. A moins qu’ils la récusent pour ne pas contrarier les propriétaires heureux de céder leurs biens à bon prix, ou pour ne pas se mettre à dos les maires satisfaits de conserver la manne financière que représente la taxe d’habitation sur les résid

Pour lire les 89 % restants,
testez l'offre à 1€ sans engagement.

Lire la Suite de l'Article