À Cannes, la squatteuse dispose d’un yacht

Il y a 1 mois 50
Le vieux port de Cannes avec vue sur le Suquet, l’endroit où est censé se trouver le yacht de la squatteuse.Le vieux port de Cannes avec vue sur le Suquet, l’endroit où est censé se trouver le yacht de la squatteuse. Crédit Photo : Alex Tihonovs/shutterstock

Une quinquagénaire refuse de payer son loyer et de quitter le petit logement qu’elle a occupé légalement pendant un mois avant d’en changer les serrures. Elle aurait pourtant de gros revenus.

Selon les faits relatés par France Bleu, une propriétaire cannoise aurait actuellement toutes les peines du monde à récupérer le studio de 22 m² qu’elle a mis en location pour un mois, moyennant 750 euros début janvier 2021. À l’échéance du bail, à savoir le 8 février, la locataire de 53 ans qui s’était présentée avec son enfant comme une veuve devant vendre une belle maison et ayant besoin de rester sur place quelque temps, a radicalement changé d’attitude. Elle a tout simplement arrêté de payer son loyer, fait changer les serrures et signalé sa ferme intention de rester sur place.

À VOIR AUSSI - Loyer impayé que faire?

40.000 euros d’impayés

Une situation que la propriétaire ne tolère pas puisqu’elle a recruté l’avocat et ex-député des Alpes Maritimes, Rudy Salles, pour déloger cette squatteuse de luxe. Le tandem compte bien profiter de la loi Asap (accélération et simplification de l’action publique) de décembre 2020 pour accélérer le dénouement de cette affaire et faciliter une expulsion. À en croire les déclarations de l’avocat à Cnews, la squatteuse présente le portrait craché d’un escroc multi-récidiviste.

Ainsi, elle disposerait d’un yacht amarré dans le vieux port de Cannes, avec vue sur le Suquet, cette colline emblématique de la vieille ville. «Le bateau est habitable et il est enregistré au nom d’une SCI dont cette dame est actionnaire, explique l’avocat de la victime. Au moment de signer le bail de location, elle pouvait même justifier de revenus atteignant 85 000 annuels.» De son côté, la propriétaire du studio qui doit continuer à régler un crédit de 619 euros mensuels a découvert en faisant des recherches en ligne que sa locataire était impliquée dans plusieurs affaires de squat sous diverses identités. Elle aurait notamment occupé illégalement un luxueux appartement cannois de 110 m² avec 800 m² de terrasse laissant derrière elle 40.000 euros d’impayés, croit savoir la propriétaire lésée. L’affaire doit être traitée en justice au cours de ce mois.

Lire la Suite de l'Article