A Bordeaux, le marché de la pierre est devenu mature

Il y a 1 mois 52

Bordeaux a beau avoir été détrônée par Marseille dans le cœur des Parisiens, selon une étude de la plate-forme de déménagement Nextories publiée en décembre dernier, elle reste une ville attractive où il fait bon vivre. Y compris pour les ultrariches, puisque la capitale de la Nouvelle-Aquitaine a fait son entrée dans le palmarès des endroits les plus recherchés au monde par ces acheteurs hors norme.

Certes, les années d’euphorie qui ont suivi la transformation de la métropole et surtout l’arrivée, en 2017, de la ligne à grande vitesse permettant de rejoindre Paris en deux heures appartiennent aujourd’hui au passé. Après leur explosion (+ 45 % en dix ans), les prix ont stoppé net leur course effrénée pour se stabiliser dès 2019. « Le marché est devenu mature », observe Me Vincens de Tapol, vice-président de la chambre des notaires de la Gironde.

Pour autant, cette accalmie ne signifie pas que le marché s’est énormément ralenti. Au contraire, il est resté actif, malgré le premier, puis le deuxième confinement : les Bordelais ont continué à chercher leur résidence principale et à investir dans les vieilles pierres. « Nous avons noté en fin d’année une augmentation significative du nombre de prêts accordés », affirme Mikel Le Gall, directeur régional Sud-Ouest de Cafpi.

Une envie de bouger d’autant plus impérieuse que la crise du Covid-19 a bouleversé la donne : « On assiste à un changement de hiérarchie dans les critères de recherche », affirme Olivier Zenouda, directeur de l’agen

Pour lire les 83 % restants,
testez l'offre à 1€ sans engagement.

Lire la Suite de l'Article