Une chambre en colocation coûte 20% moins cher qu’un studio

Il y a 1 semaine 23

Le loyer moyen d’une chambre en colocation s’élevait à 427 euros charges comprises en 2020 contre 515 euros pour un studio.

Ce n’est pas un mythe: la colocation reste bien le moyen le plus économique de se loger. Selon l’observatoire de la colocation 2020 publié par le site de location entre particuliers Locservice, le loyer moyen d’une chambre en colocation s’élevait à 427 € charges incluses au niveau national, en 2020. Malgré une hausse de 1,42 % par rapport à la même étude réalisée l’année dernière, ce montant reste 21% moins élevé que ce que paie le locataire moyen d’un studio, à savoir 515 euros. En province, c’est encore moins cher puisque la moyenne s’établit à 383 euros mais il faut compter en revanche 529 euros en Ile-de-France et même 710 € à Paris.

» LIRE AUSSI - Cinq chiffres à connaître si vous louez un logement cette année

En région parisienne et dans la capitale en particulier, il y a sans doute un effet coliving ou «professionnalisation» de la colocation. Ces offres bénéficient en général d’une salle de bains privative et de belles parties communes si bien que le budget s’en ressent. Et puis le marché est particulièrement tendu à Paris puisque Locservice recense pas moins de 8,2 demandes pour une offre. De manière générale, le site note que 42% des recherches de colocation ciblent l’Ile-de-France et parmi elles, 59% se tournent vers Paris, 27% la petite couronne et 14%, la grande.

Et pour les 59% de demandes concernant la province, la quête est particulièrement difficile à Lyon (5,4 demandes pour 1 offre), Angers (5 demandes), Bordeaux (4,9) et Nantes (4,6). À l’inverse, les villes qui offrent l’embarras du choix sont Saint-Étienne (0,5 demande pour 1 offre), Limoges (0,68 demande), Nîmes (0,69), Le Mans (0,69) et Marseille (0,74).

Colocations féminines

L’étude relève enfin quelques critères de recherche pour les futurs colocataires: 19% d’entre eux refusent ainsi de loger avec des fumeurs. Ils sont aussi 23% parmi les candidats à rechercher des profils de moins de 30 ans et un tiers seulement à accepter de se retrouver avec des plus de 50 ans. Si une large majorité des recherches envisage une colocation mixte (88%), l’approche vis-à-vis de la non-mixité est très différente selon que l’on soit un homme ou une femme. Ainsi, seuls 3% des hommes exigent une colocation 100% masculine alors que 19% des femmes souhaitent rester exclusivement entre femmes.

À voir aussi - Location: la caution, comment ça marche?

Location : la caution, comment ça marche ? - Regarder sur Figaro Live

Lire la Suite de l'Article