Les prix de l’immobilier à Toulouse et dans les communes alentour

Il y a 1 année 132

Les Carmes, Saint-Etienne : au top

Appartements anciens : 4 800 – 7 500 €/m2

Dans ces quartiers les plus huppés de la ville, la crise sanitaire semble n’avoir eu que peu d’emprise sur les prix de l’immobilier. « Nous avons vu ces derniers mois des biens assez hors norme trouver preneur, preuve que certaines adresses et typologies d’acheteurs n’ont pas souffert de la crise », décrit William Pillons, le directeur de l’agence Mercure à Toulouse, spécialisée dans les biens haut de gamme. Comme le prouve la vente de cet appartement exceptionnel de 600 m2 situé dans un hôtel particulier à Saint-Etienne, et disposant de deux places de parking, vendu 4 750 €/m2. Non loin de là, rue Ozenne, autre adresse prisée, à deux pas des Carmes et du jardin des Plantes, c’est un appartement de 198 m2, au 3e étage avec ascenseur mais sans terrasse, qui s’est vendu 1,1 million d’euros.

DOSSIER. Comment l’immobilier fait face à la crise

Marengo, Bonnefoy : relooking efficace

Appartements anciens : 2 800 – 4 000 €/m2Appartements neufs : 3 000 – 6 000 €/m2Maisons anciennes : 450 000 – 900 000 €

Le lifting est lancé pour ce quartier toulousain, proche de la gare Matabiau (en pleine réhabilitation), que les élus rêvent de relier au centre-ville. Au point que les premiers effets commencent à se faire sentir. « J’ai vendu très rapidement un T4 de 103 m2 avec un micro balcon de 2 m2 mais un parking et une cave pour 402 000 € près de la médiathèque », décrit ainsi Virginie Montagné, de l’agence du même nom. Même

Pour lire les 88 % restants,
testez l'offre à 1€ sans engagement.

Lire la Suite de l'Article