Le projet de la Tour Triangle passe mal auprès de l’Unesco

Il y a 2 semaines 36

La Tour Triangle, qui doit voir le jour au parc des expositions de la Porte de Versailles (Paris 15e), n’en finit plus de faire des vagues. La semaine dernière, Unibail-Rodamco-Westfield avait pourtant assuré qu’il commencerait la construction du très contesté gratte-ciel d’ici la fin de l’année, malgré l’enquête du parquet national financier pour «favoritisme». Mais depuis, le maire du 15e, Philippe Goujon, a annoncé qu’il déposera au Conseil de Paris le 16 novembre une demande de report du projet.

» LIRE AUSSI - Tour Triangle: vingt ans après, les travaux démarrent

Et cette semaine, on apprend que l’Unesco pourrait faire capoter indirectement le projet qui doit voir le jour en 2026. Depuis 1991, les rives de la Seine sont classées au patrimoine mondial. Pour conserver cette inscription, la mairie de Paris et le ministère de la Culture ont présenté leur plan de protection des rives de Seine, avec la création d’une «zone tampon» entourant le secteur classé, où les constructions seraient limitées pour ne pas gâcher le paysage.

Satisfecit des opposants du projet

Or, le Comité du patrimoine mondial a rejeté ce plan et invite l’État à «définir plus clairement la justification de la délimitation de la zone tampon par rapport aux vues», dans une décision rendue cet été (page 416). Dans le collimateur du comité du patrimoine mondial? La multiplication des gratte-ciel à Paris qui fait peser, selon l’Unesco, des «menaces» sur les rives de la Seine. La tour Triangle et ses 180 mètres de haut, est ainsi dans le viseur de l’Unesco.

» LIRE AUSSI - Visitez le chantier des tours Duo, nouveaux gratte-ciel parisiens

De quoi réjouir les opposants à ce projet qui devrait coûter quelque 700 millions d’euros. «Ce rejet de l’Unesco est un signal de mécontentement très fort, réagit Patrice Maire, président de l’association Monts14. Le chef de l’État, qui est garant des biens du patrimoine mondial, ne pourra pas dire qu’il n’était pas au courant». De son côté, la mairie de Paris rétorque qu’elle «travaille à mettre en place la zone tampon dont le principe a été voté par le Conseil de Paris en 2018. Elle devra être la plus pertinente possible autour du parc des Rives de Seine de Paris».

Lire la Suite de l'Article