En plein Paris, un luxueux 101 m² avec une méga terrasse, est à vendre

Il y a 3 semaines 53

Paris a-t-il moins la cote? Pas dans le luxe. On parle même de records pour l’année 2021. «Nos ventes ont grimpé de 70% en un an et de 40% en deux ans», souligne Richard Tzipine, directeur général de Barnes. Le retour des Français expatriés et de la clientèle étrangère (Américains, Libanais, Anglais, Allemands, Néerlandais...), a dopé le marché.

» LIRE AUSSI - Immobilier: le luxe reste une valeur refuge

Mais «la demande est plus perturbée et donc plus exigeante car l’offre a grimpé de 20% en un an», alerte-t-il. Plus de biens, donc plus de choix et donc des vendeurs qui devront se montrer plus raisonnables. Surtout si leur bien comporte quelques défauts ou ne dispose pas des critères tant recherchés: une terrasse, un balcon, un jardin ou une vue exceptionnelle. Des atouts très rares à Paris et qui n’ont donc pas de prix.

C’est ainsi que, sur l’île Saint-Louis (4e), un luxueux appartement de 101 m² (100,89 m² loi Carrez) est à vendre. Mais il faudra y mettre le prix: plus de 3 millions d’euros (3,08 millions d’euros exactement), selon une annonce publiée par le réseau Barnes. Car il dispose d’une méga terrasse de plain-pied de 35 m² et d’une très belle vue sur la Seine. Le tout situé au 3e étage, au sein d’un hôtel particulier de «très haut standing» construit au milieu du 18e siècle. «Cet appartement d’exception bénéficie du charme de l’ancien (poutres, cheminée, parquet, tomettes, pierre apparente), d’un plan sans perte d’espace, d’un calme absolu et d’une rénovation de qualité», précise Barnes.

À voir aussi -Quels sont les diagnostics immobiliers obligatoires dans le cas d’une vente?

Quels sont les diagnostics immobiliers obligatoires dans le cas d'une vente ? - Regarder sur Figaro Live

» LIRE AUSSI - L’immobilier de luxe résiste grâce aux acheteurs français

Ces atouts font généralement la différence dans un marché qui fait la part belle aux biens qualitatifs et sans défaut, au détriment d’appartements trop grands, trop sombres, sans vue ou situés au rez-de-chaussée. «Les prix des premiers sont stables et ceux des seconds risquent de 10% à 15% par rapport à 2019», affirme Richard Tzipine. Ce bien pourrait séduire les étrangers mais aussi les Français qui ont permis à l’immobilier de luxe de faire mieux que résister, malgré la crise sanitaire. «Les Français sont présents pour les biens d’exception», souligne le directeur général de Barnes. Des fonds d’investissements français font même leur retour à la recherche de biens de qualité à Paris ou dans des lieux de villégiature renommés. Leur budget? Entre 50 et 300 millions d’euros.

Lire la Suite de l'Article