Avec les "Bureaux du Cœur", des entreprises ouvrent leurs portes aux sans-abri

Il y a 2 semaines 36

Publié le 10/11/2021 17:11 Mis à jour le 10/11/2021 17:12

FRANCE 3 PAYS DE LA LOIRE

Article rédigé par

Et si les bureaux devenaient solidaires ? Occupés la journée, ils se vident la nuit et pourtant sont toujours chauffés. Les "Bureaux du Cœur" proposent aux entreprises d’ouvrir leurs portes pour offrir un toit aux sans-abri la nuit et les week-ends. #IlsOntLaSolution

27 000, c’est le nombre de personnes sans abri en France, selon le rapport de la Fondation Abbé Pierre 2020*. Face à ce constat, Pierre-Yves Loaec, chef d’entreprise nantais, a fondé l’association les Bureaux du Cœur en 2019. Le principe est simple : permettre à un sans-abri de dormir dans les locaux de l’entreprise une fois vide, la nuit et les week-ends.

Le bénéficiaire profite d’un lieu sécurisé et chauffé pour se reposer, cuisiner, se laver. "C’est calme, c’est un espace assez spacieux, dynamique et j’ai besoin de retrouver une dynamique", explique Fortune, accueillie dans les bureaux de Pierre-Yves Loaec. L’invité peut aussi compter sur les salariés de l’entreprise pour "des coups de pouce" et des conseils, un moyen d’ouvrir le dialogue entre deux mondes qui se côtoient rarement au quotidien.

Pour l’entreprise hôte, peu d’aménagements sont à prévoir. Les bureaux sont déjà majoritairement équipés de cuisine, sanitaire, douches. Seuls un canapé convertible et une assurance ont été déboursés par Yves Le Gohebel, chef d'entreprise, pour accueillir Moustapha. "On est un petit maillon de la chaîne qui permet à des personnes qui en ont besoin d’avoir un nouveau départ", affirme le dirigeant. Une expérience humaine enrichissante pour tous, "ça me permet de refaire confiance à la vie", ajoute Moustapha, sans-domicile fixe.

En seulement quelques mois, les Bureaux du Cœur comptent désormais quatorze nouvelles antennes dans toute la France. L’association ne compte pas s’arrêter là, son nouvel objectif : accueillir 4 500 personnes d’ici trois ans.

Auxquels s’ajoutent 16 000 personnes vivantes dans des bidonvilles, 100 000 dans des lieux d'accueil pour demandeurs d'asile et 185 000 personnes en centres d'hébergement. 

Lire la Suite de l'Article