A Toulouse, ruée sur la pierre avant l’accalmie ?

Il y a 1 année 141

Le marché immobilier toulousain a fait sa rentrée dans un contexte plus que jamais placé sous le signe de l’incertitude. La ville, qui était en tête de tous les classements, fin 2019, en termes d’attractivité, de création d’emplois et de richesses, est désormais suspendue à la concrétisation d’une cascade de plans sociaux annoncés dans l’aéronautique. Le secteur, fleuron industriel français avant la crise, plaçait jusqu’alors la Ville rose à l’abri des catastrophes et lui donnait un statut parmi les plus enviés. Une situation qui se traduisait amplement dans l’immobilier, avec une forte augmentation des prix enregistrée en 2019 dans l’ancien (de 8 à 10 %) comme dans le neuf (5 %), la venue massive et continue de nouveaux habitants et un volume de transactions très élevé.

DOSSIER. Prix, tendances, conseils : tout savoir sur l’immobilier à Toulouse et dans sa région

Quelle est la situation, six mois après l’arrivée du Covid-19 ? A ce jour et à la surprise générale, Toulouse résiste. Au lendemain du confinement les Toulousains se sont rués sur les annonces immobilières. Simple effet de rattrapage ? Pas seulement, pensent les spécialistes, même si aucun ne se risque aujourd’hui à des pronostics. Janine Redon, présidente de l’Unis Occitanie, syndicat de la gestion et de la rénovation immobilières, et qui dirige l’agence OICI Gestion, dans le quartier des Carmes, observe :

« Nos clients expriment clairement depuis le mois de mai le souhait d’investir dans la pierre comme valeur refuge

Pour lire les 81 % restants,
testez l'offre à 1€ sans engagement.

Lire la Suite de l'Article