À New York, cet appartement zen au 74e étage est à vendre pour 135 millions

Il y a 2 semaines 35

À New York, le 432 Central Park, immeuble d’ultraluxe symbole de la tendance des tours ultrafines a déjà fait couler beaucoup d’encre. C’est ici qu’a été vendu en 2014 pour près de 100 millions de dollars, l’appartement le plus haut de Manhattan, celui du 96e étage, culminant à 425 mètres de haut. Plus récemment, cette réalisation de l’architecte Rafael Viñoly a eu aussi eu droit à des retours moins élogieux avec certains riches propriétaires se plaignant de certaines malfaçons au sein de l’immeuble. À ce que l’on peut en voir, l’appartement du 74e étage actuellement proposé à la vente semble bénéficier de finitions irréprochables. Et il vaut mieux, puisque ce plateau de 750 m² englobant l’étage complet, acheté au promoteur pour 59 millions de dollars est proposé aujourd’hui à plus du double: 135 millions de dollars émanant, soit un peu de moins de 120 millions d’euros.

» LIRE AUSSI - En plein Paris, un luxueux 101 m² avec une méga terrasse, est à vendre

Si le tarif est peu commun, les prestations sont de haute volée et la décoration de l’artiste et architecte japonais Hiroshi Sugimoto devrait séduire les fans d’esprit zen et de décoration nipponne. Comme les autres logements de cette tour, il bénéficie de vues absolument époustouflantes de New York à 360° avec ses immenses fenêtres et le privilège de figurer dans les derniers étages. Ce logement de 5 chambres s’ouvre aussi bien sur Central Park que sur l’Hudson River ou l’East River mais en plus il bénéficie d’éléments architecturaux sans équivalent, notamment une salle de thé japonaise avec son réchaud intégré entre les tatamis. L’architecte japonais ne devait à l’origine réaliser que cette pièce mais ses clients ont été tellement convaincus par ses propositions qu’ils lui ont confié l’intégralité du logement.

Jardin flottant intérieur

On y trouve donc des cloisons en plâtre traditionnel Shikkui composé exclusivement d’éléments naturels, un «jardin flottant intérieur» avec ses deux bonsaïs de près de 100 ans, des éléments taillés dans un cèdre millénaire, des carrelages réalisés par des artisans japonais, des pierres et rochers anciens importés de Tokyo incrustés dans les couloirs, la salle à manger ou les salles de bain. Ici, les couloirs évoquent une version contemporaine des allées couvertes menant aux palais de Kyoto et le grand tapis du salon reprend les motifs géométriques que l’on retrouve dans les jardins zen. Une oasis de calme et de sérénité, planant au-dessus de l’une des villes les plus trépidantes de la planète, cela n’a pas de prix. Si, 135 millions de dollars.

Lire la Suite de l'Article